L'aquarelle ce n'est ni le printemps ni l'hiver

dans les saisons de l'art


mais un coeur de couleurs et d'eau, battant comme l'orage et flamboyant d'entre les feuilles
ce n'est pas ce lent labeur d'une toile à user de traits et de pensées, cette patience des armes d'une peinture épaisse

mais ce jeu de filet à papillons dans le champ visuel,

le vol captif de la lumière dans l'oeil et les étonnements


 l'aquarelle ce n'est pas cette matière empruntée à la roche,

cette boue de souliers sur la route des humains,

ce pétrissage des farines et des levains de craie

mais le battement de la vie suspendue et fugace
 
doit-on définir cet art?  il est si léger,

frôle et surprend tant l'éphémère

que l'on ne sait  dire que ce qui le différencie.
et reconnaître alors ce que ce hasard maîtrisé de l'eau  et des couleurs apporte à l'émotion et la poésie.


L'aquarelliste est un dompteur d'arc- en-ciel.
 
Anna Jouy